Un antibiogramme, qu'est-ce que c'est?

Grille AGGIR : évaluation de l

Grille AGGIR : évaluation de l'autonomie des personnes âgées

Définitions, concepts et utilisation de la grille AGGIR pour les soignants, ou futurs. On cherche ici à évaluer l'autonomie de la personne âgée afin d'envisager ou non une aide financière pour être soigné correctement.

Définition et concep

Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources : voilà ce que signifie (...)

Faire et surtout... comprendre une glycémie capillaire !

Faire et surtout... comprendre une glycémie capillaire !

Récemment, si vous suivez un tout p'tit peu l'actualité, vous avez entendu parler de projet de loi rendant légale la réalisation de glycémies capillaires par les aides-soignantes. En soi, l'acte technique est simple, même s'il donne parfois du "doigt à retordre" !! Par contre, c'est (...)

Virginia Henderson : qui est cette femme dont le nom hante l

Virginia Henderson : qui est cette femme dont le nom hante l'esprit des infirmiers ? :-)

Parce qu'elle a conçu un système d'évaluation des besoins des patients, Virgina Henderson est très connue. Biographie, histoire, naissance des 14 besoins...

Biographie en bref

Née en 1897, Virgina Henderson a vécu presque 100 ans, décédée en 1996. Il faut croire qu'elle appliquait son concept des 14 (...)

Pour tout soin infirmier, appliquez les règles essentielles à savoir :

Vérifier la prescription médicale, l'identité du patient, les contre-indications éventuelles

L'intégrité du matériel, sa date de péremption

Les règles d'hygiène élémentaires (lavage des mains, ports des gants, asepsie...)

Lisez les transmissions avant le soin et faites vos transmissions après.

Un antibiogramme, qu'est-ce que c'est? L'antibiogramme est un examen biologique consiste à mettre en évidence des germes sur un prélèvement pour pouvoir mieux le traiter. Il évite aussi la prolifération des bactéries multirésistantes en trouvant les traitements auxquels ces germes ne résisteront pas.

Pourquoi demander un antibiogramme?


Pour combattre des bactéries il faut administrer un traitement auquel les germes sont sensibles, c'est-à-dire un traitement qui tue les bactéries mises en cause. Face à la croissance de bactéries multi-résistantes (BMR, TOTOR...) on ne peut pas se permettre de prescrire des antibiotiques sans savoir l'impact qu'ils auront sur les germes que porte le patient. Chaque cas varie et l'antibiogramme devrait être automatique. Contrairement aux... antibiotiques !

Comment réalise-t-on un antibiogramme ?


L'infirmier réalise un prélèvement de la plaie ou un ECBU (analyse d'urine) et l'envoie au laboratoire avec demande d'antibiogramme. Le laboratoire analyse l'échantillon, met en culture afin de voir l'évolution des bactéries et de tester des antibiotiques. Le service du patient reçoit le résultat qui indique le nom de la bactérie présente, les traitements antibiotiques auxquels elle est résistante et ceux qui sont efficaces. Après lecture de l'antibiogramme, le médecin peut alors prescrire le traitement idéal.

L'antibiogramme : prélèvement par l'infirmier


Lorsqu'un IDE trouve suspect un liquide biologique il peut réaliser un prélèvement et demander une prescription médicale pour déterminer l'agent infectieux en cause. Conjonctivite, brûlures urinaires, ulcères nauséabonds, écoulements vaginaux, plaies diverses. Ce soin se fait en stérile, à l'aide d'un écouvillon (sorte de grand coton tige dans un étui en plastique stérile).
Pour que les résultats soient fiables autant que possible, l'infirmier indique diverses données :

  • hyperthermie du patient

  • prise d'antibiotiques, nom du traitement, posologie, dosage...

Publié dans la catégorie Infectieux par Lucie Manet le : 03-02-2020 21:19

Commentaires

Envie de commenter ?