Les mesures de protection sont destinées à protéger (si si), les personnes les plus fragiles sur le plan social : déficients mentaux, personnes âgées, démente et autres situations pathologiques ou non. Le but est d'éviter à ces personnes de se faire arnaquer ou de faire des erreurs lourdes de conséquence sur le plan social, financier, personnel ou professionnel. Les mesures de protection peuvent être adaptées au cas par cas, avec des protections plus ou moins importantes, afin de laisser une autonomie et une liberté aux pupilles. Comment savoir laquelle de ces mesures de protection est la plus adaptée pour un proche, un patient, un bénéficiaire ?

Nos derniers articles sur le sujet :

A ce jour, il existe quatre mesures de protection : le mandat, la sauvegarde de justice, la curatelle et la tutelle. Elles varient par la restriction qu'elles imposent à ses bénéficiaires, selon les capacités de celui-ci à gérer ses biens matériels, financiers et à se protéger d'éventuelles nuisances d'autrui. Certains de ces dispositifs empêchent la prise de décisions majeures en toute autonomie, comme le mariage par exemple.

Pourquoi des mesures de protection différentes?

Au-delà des biens matériel, ce sont aussi les droits de chaque individu que l'on cherche à protéger en mettant en place une mesure de protection. Pour éviter un mariage mal intentionné, pour éviter la vente de biens dans des conditions pouvant porter préjudice à la personne, une tutelle peut être instaurée. Mais pour ceux qui ont un sens de la responsabilité et des capacités morales un peu plus aiguisées, il existe la curatelle. Enfin, pour anticiper la protection d'une personne qui est susceptible d'en avoir besoin dans le futur (maladie d'Alzheimer), c'est le mandat qui a été instauré.

Comment mettre en place une mesure de protection ?

La famille ou les personnes responsables et proches d'une personne peuvent demander sa mise sous mesure de protection. La demande est étudiée et une décision du juge est rendue. Il s'agit d'une démarche lourde administrativement mais efficace.

A qui s'adresser ?

La demande peut être faite directement au greffe du tribunal d'instance, mais il est souvent recommandé de se faire aidé par un professionnel : travail social (assistante sociale par exemple), professionnel de santé, avocat...

Pièces à fournir

Etude du dossier

Une instruction est suivie, généralement pendant plusieurs mois, pendant lesquels le juge peut demander à recevoir le futur bénéficiaire de la mesure de protection ainsi que ses proches ou tout personne ayant fait la demande.

Audience

A l'issue de l'instruction, le juge entend en audience, le demandeur mais aussi si possible, le futur bénéficiaire de la mesure de protection. Il rend sa décision à ce moment, ou décider de la meilleure mesure selon les besoins de la personne concernée (tutelle, curatelle, mandat, sauvegarde de justice).