Toilette intime

Les bases : notions d’hygiène

Du propre au plus sale, du haut vers le bas : voilà deux règles qui vous suivront au long de votre carrière. Bien pratique en cas de doute de se remémorer cela. Que ce soit chez l’homme ou chez la femme, on respecte cette idée que le risque majeur de la toilette des parties génitales est de contaminer celles-ci par les selles. Même en leur absence présumée, il peut persister des traces avec donc des germes. Une mauvaise hygiène (entendez, des gestes mal effectués) est responsable de l’infection urinaire par Escherichia Coli. Comment l’éviter?

Technique chez la femme

Deux étapes principales pour nettoyer les parties génitales féminines : les grandes lèvres, et les petites lèvres. Les premières se lavent sans condition particulière, ce qui compte et de n’effectuer que des gestes allant du haut vers le bas et non l’inverse : cela évite l’éventuelle transmission de selles… Ensuite, on écarte les grandes lèvres à l’aide d’une main, de manière à pouvoir nettoyer les petites lèvres de la même manière. Pour rincer, c’est le même principe et l’essuyage aussi. Ensuite, on  peut laver les fesses (du plus propre au plus sale, toujours).

Technique chez l’homme

Pour ne pas apporter d’agents infectieux vers les voies urinaires, on nettoie d’abord le gland, décalotté. Puis la verge, les testicules et les fesses. Ses parties sont nettoyées une à une, toujours du « haut vers le bas » c’est à dire vers l’anus et non pas l’inverse.

En présence d’une sonde urinaire

Il faut au maximum préserver l’hygiène de la sonde vésicale, première source d’infection nosocomiale : effectuez la toilette intime de manière habituelle, en finissant par la sonde en cas de souillure, ou en commençant par elle s’il n’y a pas de selles. Le but est de retirer le plus tôt possible les souillures, et de terminer en en apportant le moins, quitte à changer de gant de toilette.

Nous rappelons la grande importance pour la considération de la personne, de la laisser faire sa toilette par elle-même si elle le peut : intimité, respect, estime de soi… autonomie!

Une bonne hygiène = moins d’escarre?

Oui et non : l’escarre n’es pas provoqué par un manque d’hygiène en soi mais par une peau fragilisée directement ou pas. Une toilette intime bien faite permet d’éviter la macération de matières agressives et destructives pour l’épiderme : c’est surtout l’occasion de faire de la prévention chez les personnes à risque.

Laisser un commentaire