Retour de bloc : soins post-opératoires

Lorsque le patient revient de la salle de réveil, il a besoin d’une surveillance et de soins adaptés selon l’intervention chirurgicale qu’il a subi.

Surveillance des constantes

Dès l’arrivée en chambre, l’infirmière vérifie que les constantes sont bonnes (pouls, tension, température, saturation en oxygène) régulièrement (voir protocole de service). Le but étant de déceler :

  • hypothermie (liée à l’anesthésie) : réchauffer le patient avec une couverture de survie
  • hyperthermie : en cas d’infection, elle n’apparaît pas en postopératoire immédiat. C’est pour cela qu’on prend la température quotidiennement
  • bradycardie : liée à l’anesthésie
  • tachycardie : pouvant indiquer une hémorragie post-opératoire
  • hypotension : liée à l’anesthésie mais pouvant indiquer une hémorragie, un état de choc
  • L’évaluation de la douleur est fondamental pour pouvoir la soulager.

Pour déceler plus facilement es éventuelles complications suite à une intervention (risque infectieux, risque d’hémorragie, risque de thrombose…) il est nécessaire d’établir une courbe des paramètres vitaux afin d’observer une aggravation ou au contraire une amélioration de l’état.

Surveillance des appareils

Le patient est observé dans sa globalité :

  • Voie veineuse intacte (point de ponction perméable, propre, non inflammatoire, débit de la perfusion…)
  • Pansement propre (ou sinon, entourer la tâche afin d’observer si elle grossit vite ou pas, ce qui pourrait nécessiter des soins)
  • Sonde urinaire : relever la quantité d’urine et commencer l’évaluation des entrées et des sorties (diurèse). Observer l’aspect (surtout en chirurgie urologie) : troubles, foncé…
  • Pompe à morphine ou autre système d’antalgie
  • Selon l’opération subie, le patient peut revenir du bloc avec des appareils spécifiques comme un drain par exemple.

Prescriptions du retour de bloc

En fonction du déroulement de l’intervention, le chirurgien prescrit des soins post-opératoires en plus des protocoles de service (qui permettent de planifier la réfection de pansement notamment) : antalgie, antibiotique, antithrombotique… L’infirmière recueille donc toutes ces informations et planifie les soins (pansements, aérosols, perfusions, injections, traitement per os…).

Travailler en chirurgie demande donc une bonne organisation, de l’anticipation, et de la rigueur.

One thought on “Retour de bloc : soins post-opératoires