aiguilles seringues

Pose de perfusion sous-cutanée : fiche technique, conseils

1111Lorsqu’on maîtrise la technique de la pose d’accès veineux périphérique, il paraît simple d’aborder la perfusion sous-cutanée. Néanmoins, les gestes diffèrent, et les protocoles d’asepsie aussi. On voit beaucoup de services qui utilisent uniquement l’alcool, d’autres qui n’hésitent pas à recourir au protocole Betadine.

Quel protocole s’asepsie ?

Par expérience, j’ai moi-même constaté de nombreuses survenues d’abcès sur perfusion sous-cutanée après l’utilisation exclusive d’alcool. J’aurais donc une préférence pour la Betadine, forcément. Le nombre d’infections a largement diminué grâce à ce changement dans l’EHPAD ou j’ai exercé à cette époque. Ne voyez ici qu’un conseil, sans oublier que certaines personnes ne tolèrent pas l’iode, et nécessitent donc d’autres produits.

Le matériel pour la perfusion sous-cutanée

L’accès sous-cutané ne demande pas le port de gants stériles. Vous avez donc besoin de :

  • gants à usage unique non stériles
  • compresses stériles
  • produits antiseptiques selon les protocoles de votre service
  • un cathéter adapté à la pose de perfusion sous-cutanée (entre 22 et 18 gauges : rose, bleu ou vert)
  • le produit destiné à être perfusé
  • la tubulure
  • le pied à perfusion
  • sac poubelle DASRI et sac poubelle classique
  • haricot
  • champ non stérile
  • container à déchets coupants
  • pansement transparent

La technique de pose

  1. La première chose est toujours d‘installer votre patient correctement. Admettons que vous envisagiez de piquer dans la cuisse droite, veillez donc à ce que vous aussi puissiez vous installer confortablement à la droite du patient.
  2. Si le patient ne peut pas le faire, découvrez sa jambe en veillant à respecter la notion de pudeur.
  3. Posez un champ non stérile sous la cuisse, pour protéger le lit et évitez le contact avec les germes par la même occasion.
  4. Préparez la perfusion : cela peut se faire en salle de soin ou au lit du patient. Le médecin a prescrit une perfusion sous-cutanée, qui comprend généralement un soluté (G5% par exemple) et une ou plusieurs ampoules (NaCl par exemple). Préparez donc la solution, posez et purgez la tubulure. Accrochez la perfusion sur le pied à perfusion.
  5. Ouvrez les emballages de compresses sans les toucher. Lavez-vous les mains (lavage simple) et enfilez des gants non stériles.
  6. Réalisez l’antisepsie.
  7. Sortez l’aiguille de sa protection, exercez un large pli cutané (pincez la peau comme si vous vouliez en saisir un « bourrelet », sans trop appuyer, cela ne doit pas faire mal) à l’aide de votre main non dominante et introduisez l’aiguille avec une inclinaison à 45°. C’est le geste le plus efficace pour réussir la pose de perfusion sous-cutanée. Le cathéter doit être posé du bas vers le haut de la cuisse, et non pas vers le pied.
  8. Retirez l’aiguille, que vous éliminez de suite dans le container
  9. Branchez la tubulure, et réglez le débit. Observez bien le site d’injection :si la peau gonfle, c’est que le produit passe mal (soit trop vite, soit l’aiguille est mal placée. Tentez de la bouger légèrement, si cela ne fonctionne pas… recommence le soin !) On peut placer une compresse sous le cathéter afin de l’obliger à garder son inclinaison et ainsi assurer une diffusion durable.
  10. Vous pouvez désormais recouvrir d’un pansement transparent (pour assurer la surveillance locale).