Les pansements d’escarre : matériels et techniques

Pour le soin d’escarre, il faut de la persévérance… même si on a compris le rôle du pansement. Pour cela nous allons faire un tour d’horizon sur chaque matériel proposé actuellement, et comptons sur vous pour nous donner vos informations les plus neuves possibles.

Les plaques pour les pansements d’escarre

L’escarre de stade 1, appelé érythème est très vite soigné grâce à a pose d’un pansement hydrocolloïde : adhésive et fine, elle peut être opaque ou transparente, et plus ou moins souple selon les marques. Elle constitue une seconde peau et protège de l’agressivité des plans durs. Elle reste en place plusieurs jours : on l’enlève lorsque souillé ou saturé de sécrétions, ou au bout de 4 à 7 jours (tout dépend du fabricant).

L’escarre de stade 2 appréciera la même plaque qu’au stade 1 dans la condition suivante : la phlyctène a été incisé et la peau est présente. Poser une hydrocolloïde sur une plaie ouverte risque d’arracher la peau au moment du retrait, donc à éviter. Dans ce cas on peut mettre une hydrocellulaire non adhésive, qui formera à la fois un coussin et une éponge.

L’escarre de stade 3 ou ulcère lié à un point d’appui mal toléré, préfère le pansement hydrocellulaire : celui-ci maintient le milieu humide sans macération. Il absorbe l’excès de sécrétion et joue un rôle antibactérien.

L’escarre de stade 4 ou nécrose réagit bien à la plaque hydrocolloïde du moment que la nécrose est scarifiée, puis imbibée d’hydrogel. Ce pansement fin permet de maintenir le gel actif tandis qu’une plaque hydrocellulaire l’absorbera.

Découvrez les techniques de pansements d’escarre pour chaque stade de l’escarre !

Les pansements modernes, onéreux mais salvateurs

Utilisé aussi dans les éventrations, le VAC permet d’accélérer la cicatrisation en aspirant l’excès sécrétoire. Il peut être douloureux lors de la réfection du pansement, mais ne l’est pas entre deux. Voici une vidéo qui explique de quoi il s’agit. Vous trouverez aussi une autre vidéo sur ce lien : pansement éventration.

 

Laisser un commentaire