feme agee

Les activités thérapeutiques pour les personnes en EHPAD

Le temps semble long aux résidents des EHPADs (Etablissement d’Hébergement pour les Personnes Agées Dépendantes) : debout de bonne heure, parfois sans possibilité de sortir de leur chambre ou même de leur lit… Comment apporter de la vie à leur quotidien?

Les activités détentes et loisir en EHPAD

Présence d’un animal de compagnie (le plus souvent, c’est le chat), partie de dada, jeu de dame, jeu de cartes… Les jeux de société sont un outil simple qui occupent et stimulent les fonctions cognitives, la mémoire. Un excellent moyen de tuer le temps et d’entretenir ses facultés mentales! Mais au bout d’un moment, la lassitude prend le dessus. Alors que faire? Des chansons, de la lecture, la découverte d’outils modernes à l’image de la console Wii… Il y a régulièrement des occasions de renouveler les activités distractives : suivre l’évolution des moyens technologiques, organiser des évènements (repas, jeux à thème…) adaptés au calendrier. Et puis il y a les sorties…

Les sorties animées pour les personnes âgées en EHPAD

Bien sûr, il s’agit de moments privilégiés : une journée ou un après-midi entiers doivent être réservés, et cela peut chambouler l’organisation des actes soignants. Ceci ne s’adresse, qui plus est, qu’à ceux dont la dépendance n’est pas trop lourde. C’est le cas de ce groupe de personnes âgées qui sont partis un jour visiter Nausicaa : une équipe pluridisciplinaire pour encadrer une dizaine de bénéficiaires. Seulement, c’est une association qui a financé et organisé le voyage : tous les EHPADs ne parviennent à investir dans ce type d’objectif. Pourtant, l’animation en gériatrie, c’est la vie.

Le toucher thérapeutique

Les soignants le savent, mais pas tout à fait… Le toucher a un pouvoir que l’on néglige : il faut dire que la priorité est aux actes paramédicaux et médicaux, dont la quantité est telle que nos esprits ne peuvent plus penser aux aspects subtils de la relation à l’autre. Comment appréhender une personne par le toucher : les sujets Alzheimer par exemple peuvent se sentir très angoissés au contact physique, et il y a donc une manière de se positionner, face à eux, et d’allier la parole au geste. La technique du toucher thérapeutique est bien plus poussée que cela, et ancrée dans un état d’esprit qui vise deux choses : la considération de la personne et son bien-être.

 

On dit trop souvent être attiré par la technique plutôt que la psychiatrie : mais la psy et les soins en psy sont techniques…

Technique de l’activité thérapeutique

Pour qu’elle soit utile, elle doit s’inscrire dans une démarche de soins au même titre que tout autre soin infirmier. L’activité n’est pas choisie au hasard mais bel et bien pour aider le patient à résoudre des problèmes de santé mentale : respectez des règles, faire confiance, s’exprimer, réapprendre à aimer la vie, à parler et écouter autrui, canaliser ses pulsions…

DÉROULEMENT DU SOIN : ÉCOUTE DE MUSIQUE EN GÉRONTO-PSY

Les seniors se souviennent de périodes vécues à la période où la musique a eu du succès, surtout s’il s’agit de leur jeunesse. Des chansons d’après-guerre par exemple. En les invitant à écouter de la musique, on doit être sûr que cela ne révélera pas des choses trop violentes pour le patient : s’il a un traumatisme évident lié à cette période, ce n’est peut-être pas une bonne idée.

Quels sont les objectifs thérapeutiques de cette activité : faire fonctionner la mémoire, faire appel à la réminiscence. Ensuite on peut ouvrir un dialogue avec le ou les patients tout en les invitant à exprimer leur ressenti ( entretenir les facultés de communication orales, la sociabilité, savoir écouter les autres, se remémorer des souvenirs pour mieux savoir où on en est aujourd’hui…).

Pour l’infirmier, cet entretien est l’occasion de déceler des troubles, de constater leur évolution ou pas : en fonction de cela, il peut solliciter l’intervention de collègues pour réorienter la thérapie.

En résumé, pour une activité thérapeutique efficace on doit avoir des objectifs adaptés à chaque personne, faire preuve de délicatesse pour ne pas brusquer mentalement et faire participer les patients de manière à analyser ce qui se passe dans leur esprit, leur comportement et leur estime d’eux-mêmes.

Laisser un commentaire