gel-hydroalcoolique-aniosgel-85-npc-flacon-75-ml

La bonne utilisation du gel hydroalcoolique

On voit trop souvent de soignants se rassurer par le fait qu’il passe régulièrement du gel hydroalcoolique… En réalité, il est parfois totalement inefficace. Comment l’utiliser à bon escient?

 Les règles d’hygiène de base

Nous n’allons pas ici revenir sur l’ensemble des règles à respecter quant au lavage des mains ou au port des gants, vous pourrez les relire si besoin sur notre site. Car le lien entre le port des gants et le lavage des mains est étroit, et trop peu de soignants en ont conscience. Une infirmière nous raconté combien elle était étonné de voir certaines habitudes de service en EHPAD quant au recours au SHA (Solutions Hydro Alcooliques). Pour des raisons financières, l’établissement approvisionnait l’équipe soignante en gants à usage unique talqués. Le talc facilite la mise en place des gants certes. C’est un confort appréciable. Cependant, après avoir retiré des gants talqués, notre infirmière a constaté que la grande majorité des aides-soignantes, infirmières et ASH se « lavaient les mains » avec du gel hydroalcoolique. C’est un peu comme s’ils mélangeaient de la farine à de l’eau… Bien sûr, le SHA reste un désinfectant, même appliqué sur du talc… Sauf que le talc reste sur les mains, et nul doute que les microbes adorent se réfugier sur cette matière douce… Le SHA n’a alors plus de pouvoir antiseptique.

Quand peut-on utiliser du gel hydroalcoolique?

La règle d’or pour l’utilisation du SHA c’est d’avoir les mains non souillées. C’est à dire qu’elles ne doivent être recouverte d’aucune matière quelle qu’elle soit : le talc en fait donc partie. Les services utilisant des gants talqués (ils sont très rares justement pour des raisons d’hygiène) doivent donc veiller à ce que le personnel se lave les mains chaque fois que nécessaire au lavabo, et non avec du gel hydroalcoolique…

Comment se frictionner les mains correctement?

Après avoir exercé 2 pressions sur le piston du gel hydroalcoolique, il convient de se frictionner les mains jusqu’au poignet (inclus) jusqu’à ce que les mains soient complètement sèches. Soit environ 30 secondes. C’est donc un gain de temps par rapport au lavage des mains traditionnels qui demande un séchage à la suite du lavage, et surtout qui demande d’accéder à un point d’eau, lequel est parfois loin du lieu de soin.

Le SHA, une solution occasionnelle

En effet, le CLIN (Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales) rappelle que le gel hydroalcoolique ne peut être utilisé qu’un certain nombre de fois au-delà desquelles le produit n’est plus suffisamment efficace pour combattre la flore bactérienne. Le nombre de fractions consécutives dépend du type de service, de l’activité des soignants et de la situation (risque d’infections etc.)Il est donc nécessaire de se laver la main à l’eau courante et au savon doux (ou savon antiseptique comme la Bétadine si besoin). On considère que les solutions hydroalcooliques sont efficaces pendant

Enfin, si vous avez compris que le SHA ne s’applique n’importe quand, il ne s’applique pas non plus n’importe comment. Tout comme le lavage des mains simple, il convient de frictionner chaque partie de la main : espace interstitiels des doigts, paume, dessus, ongles… Pour ceux d’entre vous qui ont plutôt une mémoire visuelle, voici un shéma sur l’utilisation correcte du gel hydroalcoolique. Vous trouverez sur ce lien de nombreuses informations sur les solutions hydroalcooliques.