seringue

Injection sous-cutanée : les bons gestes

Faire une belle injection sous-cutanée sans douleur n’est pas toujours évident, surtout quand la peau du patient est trop dure, trop fine, trop sensible…

Le bon geste pour une S/C impeccable

Plusieurs objectifs sont à tenir, hiérarchiquement :

  • Que le produit soit intégralement absorbé par les tissus
  • Ne pas apporter de germes
  • Ne pas faire d’hématomes
  • Ne pas faire mal

INJECTION SOUS-CUTANÉE : LE PLI CUTANÉ

Pour que le produit soit totalement imbibé par le tissu sous-cutané, l’infirmière fait un pli cutané : entre index et pouce on pince légèrement la peau de sorte à avoir un espace pour piquer. Le geste est franc sans être brutal pour que l’aiguille pénètre en entier : alors on est bien en sous-cutané et l’on peut injecter le traitement. On dépique et on relâche la peau seulement après : pas de compressions sauf si saignement très important. Autrement on se contente d’essuyer l’éventuelle goutte de sang délicatement.

Pour ne pas provoquer d’infections on aseptise le site de l’injection sous-cutanée, mais d’autres règles d’hygiène sont nécessaires. Pour éviter les hématomes, il convient d’être doux : le geste est franc mais ne traumatise pas les tissus. Par contre si la personne est sous anticoagulants, elle risque de produire des hématomes malgré toutes les bonnes attentions apportées par l’infirmière..

LIMITER LA DOULEUR DE L’INJECTION sous cutanée

Contre la douleur, il faut analyser le type de peau : il est difficile de faire un beau pli sur les personnes très minces. Dans ce cas il faut doser entre la quantité de peau pincée et la force avec laquelle on maintient le pli. Si l’on rate et qu’on ne pénètre pas la peau, la personne aura mal et l’on devra recommencer l’injection sous-cutanée…

La prise en charge de la douleur dépend de multiples facteurs qui demandent à l’infirmier des techniques soignantes et un sens aigu de l’observation.

 

 

Laisser un commentaire