Hémocue / HémoQ : soin infirmier dans les cas d'urgence

Que se cache derrière ce terme étrange ? L'hémocue qu'on peut aussi écrire hémoQ est pratiqué dans une situation bien précise, souvent par l'infirmier.

Quand pratique-t-on l'hémocue ?

Vous travaillez aux urgences, vous êtes parfois en intervention SAMU, parfois dans le service des urgences, et parfois vous accueillez un patient en état hémorragique plus ou moins grave. Pour évaluer rapidement cette hémorragie, vous pouvez utiliser l'hémocue qui indique le taux d'hémoglobine.

En quoi ça consiste ?

Ce test rapide permet de savoir rapidement le taux d'hémoglobine d'un patient. Cependant, ce test est jugé moins fiable, certaines équipes estiment qu'on peut faire une marge de 2 points. Par exemple, un hémocue à 8, c'est pas terrible d'autant plus que si on fait une marge de 2 points, on peut penser que le patient est à 6. Ou 10 ce qui est nettement mieux et indique tout de même une perte de sang.

Comment faire ?

L'hémocue se réalise sur le même principe qu'une glycémie capillaire. Voici le déroulement du soin :
  • Vérifiez la date de péremption du matériel
  • Procédez au lavage des mains simple puis portez des gants non stériles
  • Désinfectez la pulpe d'un doigt puis séchez à l'aide d'une compresse sèche (il est important de bien sécher pour éviter toute dilution du sang qui pourrait fausser les résultats)
  • Pressez la pulpe du doigt et piquez à l'aide de la lancette prévue à cet effet
  • Pressez autant que nécessaire pour obtenir une goutte de sang suffisamment importante pour la poser sur la languette
  • Insérez la languette dans l'appareil et lisez le résultat qui s'affiche
  • Prévenez le médecin du résultat

Que fait-on après ?

Le résultat permet de savoir l'importance d'une hémorragie et donc de mettre en place le traitement nécessaire, en outre une transfusion sanguine.