escarre-stade-2

Escarre stade 2 : la phlyctène.

On risque parfois de la confondre avec une nécrose. En effet, la phlyctène contient soit un liquide séreux transparent, soit une collection de sang donnant une apparence noire comme celle d’un escarre de stade 4.

Retrouvez la définition de l’escarre pour comprendre les causes et mécanismes de l’escarre.

Symptômes escarre de stade 2

  • Phlyctène présente sur un point d’appui (talon, sacrum…). La phlyctène est une cloque, soit transparente, soit noire.
  • Ce stade est douloureux
  • La phlyctène fait suite au stade 1 de l’escarre, qui a pu passé inaperçu.
  • Elle évolue vers le stade 3 puis le stade 4 si les soins sont inefficaces

Quels soins apporter à l’escarre stade 2?

La phlyctène doit être percée à l’aide d’un scalpel, stérile. Après avoir nettoyé l’escarre selon les règles du pansement stérile, on ouvre la phlyctène en favorisant l’écoulement de sérosité ou de sang.

Soyons vigilant à ne pas provoquer d’autres saignements qui retarderaient la bonne évolution de la cicatrisation.

Ensuite il convient de recouvrir la plaie avec un matériel adapté : le but est à la fois de faire sécher la plaie tout en créant une seconde peau. On déconseille l’éosine car elle masque l’état cutané et risque de cacher  une aggravation à laquelle le soignant ne pourrait guère réagir.

Quelle dispositif poser sur la phlyctène?

Une plaque opaque ou transparente fine peut protéger la phlyctène mais risque d’arracher la peau au moment du retrait du pansement. Il semblerait donc qu’une plaque hydrocellulaire non adhésive soit favorable : elle absorbe les sérosités et peut s’enlever sans arracher la peau. L’escarre stade 2 doit être très surveillé afin d’éviter l’aggravation vers le stade 3.

Quoi qu’il en soit, avant chaque soin d’escarre il faut évaluer la plaie et remettre en question le matériel et les techniques infirmières utilisées : les pratiques doivent s’adapter au jour le jour selon la cicatrisation ou la dégradation de l’escarre.

Si le prise en charge n’est pas efficace, vient alors le troisième stade de l’escarre : l’ulcère.

A mettre en place également : matelas anti-escarre et actes de prévention indispensables (nutrition…)