Diabète Non Insulino Dépendant DNID : mécanisme

Le diabète paraît simple lorsqu’on apprend sa définition. Puis, lorsqu’on apprend qu’il existe plusieurs types de diabètes, qu’on apprend les mécanismes physiopathologiques du diabète, on se rend compte que ce n’es pas si simple.

Comprendre le DNID

Mot à mot, le diabète non insulino dépendant signifie diabète qui n’a pas besoin de traitement par insuline. Jusque là c’est simple. Mais au fait, pourquoi ce diabète se paie le luxe de ne pas avoir d’injections quotidiennes ? C’est ce que nous allons voir ici.

Cette forme de diabète, n’est pas insulino dépendante, mais insulino-résistante. C’est à dire que le corps résiste à l’action de l’insuline, si bien qu’elle a du mal à jouer son rôle (qui est de faire pénétrer le sucre dans les cellules). De ce fait, du sucre reste dans le sang au lieu d’être dans la cellule : c’est l’hyperglycémie (excès de sucre dans le sang). Généralement, cette hyperglycémie est moins importante que dans le DID (Diabète Insulino Dépendant).

Mais, pourquoi cette insulino-résistance ?

Souvent, on trouve un patient souffrant d’obésité / sédentarité depuis longtemps, avec une alimentation trop sucrée. Ces facteurs de risque provoque une sécrétion trop fréquente d’insuline, et l’organisme se dérègle en quelques sortes, puisque le pancréas finit par sécréter trop d’insuline, au point de s’épuiser et de ne pouvoir plus en sécréter suffisamment. C’est l’insulino-résistance. C’est pour cette raison que le DNID apparaît généralement tardivement dans la vie du patient, contrairement au DID qui peut arriver très jeune (dès l’enfance).

Quelle prise en charge infirmière pour les patients DNID ?

On vous mâche le travail sur FDS… 😉

Voici quelques pistes pour la PEC de patients DNID :

  • conseils hygiéno-diététiques : selon l’endroit où vous exercez, une diététicienne ou un nutritionniste pourra s’entretenir avec le patient pour évaluer ses connaissances en matière d’équilibre alimentaire et pour l’aider à optimiser ses menus. Mais, vous devez être capable de répondre aux questions du patient et de vérifier que le repas qu’on lui amène est bien adapté : c’est le rôle propre de l’infirmière.
  • traitement : vérifier la prescription, qui comprend des antidiabétiques oraux (sulfamides = diminuer le taux de sucre dans le sang), glinides = stimuler la production d’insuline pa le pancréas, inhibteurs des alpha-glucosidases = retarder l’absorption des glucides après avoir mangé), mais aussi parfois des injections (analogues du GLP1, qui ralentissent la digestion notamment).

DNID ne signifie donc pas : Diabète sans injection !

Des questions ? Commentez !