Dénutrition : tout ce qu'il faut savoir | FDS - Blog Infirmier

Dénutrition


Définition de la dénutrition

La dénutrition est un état lié à un manque d'alimentation ou à un déséquilibre alimentaire. Pour diagnostiquer une dénutrition, le médecin prescrit une analyse sanguine qui permet de montrer que l'organisme manque de protéines au point d'en subir des conséquences néfastes. La dénutrition est un état grave, pire qu'un état de carences. Elle peut aussi comprendre des carences vitaminiques en plus de celle ne protéines. Manque de vitamine D, de calcium, de vitamine C et toutes vitamines... Des éléments essentiels pour la santé osseuse et la lutte contre les infections et cancers.

Causes de la dénutrition

Une personne qui mange déséquilibrée (notamment pauvre en protéines), qui mange peu ou pas, risque de se retrouver en état de dénutrition. Il peut y avoir plusieurs causes à cette mauvaise alimentation ou insuffisante. La personne a par exemple des difficultés motrices pour se nourrir (handicap, douleur, faiblesse liée à l'âge ou à un traitement). Les difficultés peuvent aussi être mentales / morales (dépression, nausée, anorexie, démence...). La dénutrition peut avoir une cause sociale et financière : impossibilité de faire ses courses ou de cuisiner, pauvreté, situation de détresse, absence de nourriture dans les pays en guerre ou sans ressources. Enfin, des maladies ou problèmes de santé peuvent entraîner une dénutrition. Les addictions (alcoolisme chronique), les atteintes organiques graves ou chroniques (Maladie de Crohn, Recto Colite Hémmoragique RCH), les cancers, maux dentaires, inflammation du système digestif...

Mécanismes et complications de la dénutrition

Lorsqu'une personne mange trop peu ou mange mal, des répercussions ont lieu sur tour le corps. Amaigrissement voire cachexie (maigreur extrême), fonte musculaire, aggravation du risque d'escarre, de fracture, d'infection, de chute, de dépression

Symptômes de la dénutrition

La maigreur n'est pas le seul symptôme et heureusement quelque part, car les personnes déjà maigres mais non dénutries ne seraient pas diagnostiquées si la maigreur était le seul symptôme. La dénutrition s'accompagne de symptômes propres à chacun comme la fatigue (asthénie) plus ou moins avancée (malaises, chutes, apathie...), l'état dépressif, les troubles de l'humeur et mentaux, l'altération de l'état cutané (escarre), la déshydratation qui peut aller de paire... Les signes objectifs de dénutrition sont les résultats sanguins, avec une

Traitements et actions infirmières face à la dénutrition

Le premier rôle de l'infirmier dans la prise en charge de la dénutrition est la prévention. Evaluer l'état du patient, ses risques de dénutrition. L'infirmier alerte lorsqu'il perçoit une difficulté d'alimentation particulière qui s'installe dans le temps, pour qu'un bilan sanguin soit fait. La prise de sang permet d'analyser l'albuminémie (l'albumine reflète le métabolisme protéique) pour confirmer ou non une dénutrition. Le médecin peut alors prescrire des compléments hyperprotéinés, l'équipe de soins peut instaurer des règles de prévention d'escarre chez la personne âgée, si ce n'est pas déjà fait. L'analyse de sang permet aussi de poser éventuellement le diagnostic ou de se lancer sur la piste d'une maladie qui causerait la dénutrition, comme le cancer.

L'infirmier met en place toutes les actions nécessaires pour rétablir un bon état nutritif : rééquilibrer le repas, administrer les compléments alimentaires, programmer les bilans sanguins de réévaluation d'albuminémie... Il surveille l'apparition de complications éventuelles pour les anticiper : escarre (alterne les points d'appuis, effleurer les points d'appui...), déshydratation (pose de perfusion sous-cutanée ou intraveineuse sur prescription), risque de chute et malaise...

Rédaction, SEO et Développement Web : Lucie Manet, ancienne infirmière.

Pensez à faire vos cadeaux entre 2 soins infirmiers!!