Pose de perfusion intraveineuse périphérique (IV)

Ulcère de l

Ulcère de l'estomac ou gastroduodenal

Définition de l'ulcère de l'estomac ou gastroduodénal

Qu'est-ce que l'ulcère d'estomac ou ulcère gastroduodénal ? Il est important de comprendre les différentes appellations de l'ulcère digestif. En effet, un ulcère gastroduodénal est un ulcère situé soit dans l'estomac, soit dans le duodénum (partie haute de l'intestin). (...)

Grille AGGIR : évaluation de l

Grille AGGIR : évaluation de l'autonomie des personnes âgées

Définitions, concepts et utilisation de la grille AGGIR pour les soignants, ou futurs. On cherche ici à évaluer l'autonomie de la personne âgée afin d'envisager ou non une aide financière pour être soigné correctement.

Définition et concep

Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources : voilà ce que signifie (...)

Faire et surtout... comprendre une glycémie capillaire !

Faire et surtout... comprendre une glycémie capillaire !

Récemment, si vous suivez un tout p'tit peu l'actualité, vous avez entendu parler de projet de loi rendant légale la réalisation de glycémies capillaires par les aides-soignantes. En soi, l'acte technique est simple, même s'il donne parfois du "doigt à retordre" !! Par contre, c'est (...)

Pour tout soin infirmier, appliquez les règles essentielles à savoir :

Vérifier la prescription médicale, l'identité du patient, les contre-indications éventuelles

L'intégrité du matériel, sa date de péremption

Les règles d'hygiène élémentaires (lavage des mains, ports des gants, asepsie...)

Lisez les transmissions avant le soin et faites vos transmissions après.

Pose de perfusion intraveineuse périphérique (IV)

Matériel


Avant la pose de la perfusion, il est nécessaire de lire la prescription et le dossier patient afin de savoir quels solutés préparer et de vérifier que la prescription est bien adaptée (pas d'allergie du patient au produit prescrit par exemple, pas de contre-indications non plus). Pour poser une perfusion IV, vous devez réunir ce matériel :

  • champ non stérile imperméable pour le patient

  • champ stérile pour votre matériel

  • cathéter

  • tubulure

  • poche de perfusion (lors de la pose de l'accès veineux on met une base, c'est-à-dire souvent un G5%, et une fois que la perfusion est posée on administre les traitements en IV)

  • pansement transparent

  • gants stériles ou non (selon le service, le patient, la situation...)

  • Betadines scrub et dermique, eau stérile

  • compresses stériles

  • sac poubelle

  • container

  • pied à perfusion


Déroulement du soin


La préparation des produits longtemps avant la pose de la perfusion (par exemple avant de faire le tour des patients, en salle de soin) peut être source d'erreurs en terme d'hygiène, de solutés et de surdosage. On ne prépare jamais un produit à l'avance, mais juste avant d'être administré au patient en s'assurant de la conformité de :

  • la date de péremption

  • le dosage correspondant à la prescription

  • traitement non à risque (effets secondaires pouvant aggraver un ATCD)

  • emballages intacts


Après vous être lavé les mains (lavage simple), rejoignez le patient avec votre matériel sur un chariot préalablement nettoyé. Expliquez au patient que vous allez lui poser une perfusion intraveineuse et veillez à ce qu'il soit installé confortablement. Si besoin déplacez adaptables, lit... pour être vous aussi à l'aise. N'hésitez pas à prendre une chaise si cela vous aide à être plus efficace et à protéger votre dos car la pose de perfusion demande souvent d'être penché. En revanche, ce que vous pouvez préparer à l'avance, c'est votre calcul de dose, si vous préférez le faire sur papier ou de tête mais au calme, avant de vous rendre au lit du patient.

  • Insérez la tubulure dans la poche de perfusion après avoir désinfecté le site de ponction). Purgez la tubulure afin d'éviter d'injecter de l'air dans la veine, ce qui pourrait être fatal.

  • Posez la poche et sa tubulure (et sa rampe si besoin) sur le pied à perfusion

  • Glissez un champ imperméable non stérile sous le bras du patient (les saignements lors de la pose du cathéter tâchent souvent le lit et cela permet aussi de faire une barrière aux microbes présents dans le lit).

  • Ouvrez vos emballages. Votre tubulure est prête à être adaptée au cathéter, vos compresses imbibées des différents produits (beta dermique, serum physiologique, beta scrub)

  • Passez vos mains à la SHA ou réalisez un lavage des mains antiseptique et mettez vos gants

  • Lorsque vous avez repéré l'endroit idéal pour piquer, demandez au patient de serrer le poing et posez le garrot sur le bras, 15 centimètre au-dessus du point de ponction que vous envisagez

  • Procédez à l'antisepsie en 5 temps : Betadine scrub, rinçage au sérum physiologique, séchage, Bétadine dermique, séchage.

  • Tendez la peau du patient à l'aide d'une main à 2 cm en-dessous du point d'injection, de manière à ce que la veine ne puisse pas bouger. Posez l'accès veineux en insérant l'aiguille grâce à un mouvement légèrement en U, avec l'aguille inclinée à 45° par rapport au bras du patient

  • Dès que vous constatez un retour sanguin, ôtez le garrot et demandez au patient d'ouvrir la main.

  • A l'aide de votre index, poussez le cathéter dans la veine tout en enlevant le trocart, que vous éliminez dans le container jaune. Comprimez la veine pour que le sang ne coule pas sur le bras et sur les draps... et par terre...

  • Reliez immédiatement la tubulure au cathéter et ouvrez le débit de la perfusion de manière à confirmer la bonne position du cathéter : si le débit est très fluide, gardez un goutte-à-goutte assez rapide pour préserver l'accès veineux pendant que vous posez le pansement transparent pour la surveillance du site d'injection. Si en revanche le produit ne coule pas ou très lentement, vous aurez soit à bouger légèrement le cathéter qui a pu se collaber à l'intérieur de la veine. Positionnez alors le pansement, éventuellement après avoir mis une compresse stérile sous le cathéter si cela aide à avoir un bon débit. Assurez-vous que le produit ne s'écoule pas à l'extérieur du site d'injection, ce qui ferait apparaître un oedème par exemple/)

  • ¨Prenez à présent le temps de régler le bon début grâce au calcul de doser que vous aurez effectué préalablement.

  • Eliminez tous les déchets, désinfectez votre matériel (plateau, chariot...)

  • Rédigez vos transmissions


Pour la pose de perfusion sous-cutanée, le principe est le-même mis à part que beaucoup d'infirmiers n'utilisent que l'alcool pour désinfecter, puisqu'on ne touche pas au réseau veineux, le risque infectieux est donc jugé moins grave... Il est recommandé toutefois d'utiliser au moins la Bétadine alcoolique, et chez une personne immuno-déprimée d'appliquer le protocole beta en 5 temps. D'autres modes de perfusion existent, les connaissez-vous?
La perfusion intraveineuse est très efficace mais pour autant, les médecins privilégient la prescription de traitements per os lorsqu'il n'y a ausne raison que le patient soit perfusé (pas de risque de malaise, de dégradation brutal de l'état de santé, d'infection, de douleur trop forte...). En effet, la perfusion IV implique un coût plus important de par l'utilisation du matériel, le temps de soin, l'élimination des déchets... et il y aussi des risques liés à la pose de perfusion IV en elle-même : infection au site d'injection, embolie gazeuse... Et parfois c'est l'inverse, on aimerait perfuser le patient pour un traitement efficace rapidement mais le patient n'a plus de veines, parce qu'il a été beaucoup piqué, comme les patients cancéreux ou les personnes aux veines fragiles (personnes âgées...)

Publié dans la catégorie Perfusions par Lucie Manet le : 03-02-2020 19:33

Commentaires

Envie de commenter ?