Intramusculaire : les bons gestes

Souvent douloureuse et source d’appréhension (pour les étudiants infirmiers aussi !), les IM (intramusculaire) demandent des connaissances spécifiques.

 

Avant de faire une intramusculaire

L’intramusculaire permet d’administrer une antibiothérapie, un sédatif, un antalgique, un traitement hormonal…  Grâce à la grande vascularisation des muscles dans lesquels on injecte le traitement, celui-ci fait effet rapidement et efficacement. Mais il y a des risques lors de la réalisation de l’intramusculaire :

  • L’administration d’un produit par erreur dans un vaisseau sanguin
  • L’atteinte du nerf sciatique
  • L’infection

Pour éviter les deux premiers risques évoqués ci-dessus, deux précautions sont à prendre :

  • la première est de réaliser l’intramusculaire dans le quart supéro-externe de la fesse (ou sur le dessus de la cuisse si besoin de changer de site, ou en cas d’impossibilité de piquer dans la fesse). On dessine donc une croix virtuelle de manière à diviser la fesse en quatre et à « viser » ( J) dans la partie externe, en haut. Ainsi on évite de toucher le nerf sciatique.
  • La seconde est de faire un retour veineux pour s’assurer de ne pas être dans un vaisseau sanguin (sinon on risque de faire une intraveineuse…) : aspirer avec le piston de la seringue et en cas de retour sanguin reculer légèrement l’aiguille et refaites le test.

Le geste pour l’intramusculaire

La façon de réaliser les gestes jouent beaucoup dans la réussite d’un soin, dans la prévention de la douleur également. Pour réussir une intramusculaire, il faut tendre la peau entre l’index et le pouce, piquer d’un seul coup pour que toute l’aiguille pénètre dans la peau, mais avec souplesse. Veillez à ne pas percuter l’os chez les patients très maigres : l’injection intramusculaire est plus à risque les autres (à tel point, que parfois, on utilise une aiguille sous-cutanée). Un geste fluide lors de la piqûre et franc (mais pas brutal) permet de minimiser la douleur : dans le meilleur des cas le patient ne sent rien (il sent en revanche le produit passer lorsqu’il est injecté). C’est pourquoi le produit doit être injecté en douceur (presser doucement le piston).

Récapitulons

Une fois votre matériel prêt à l’utilisation, votre patient prêt (confort, position, antisepsie) :

  • Tendre la peau dans le quart supéro externe de la fesse, entre le pouce et l’index (changer de fesse un jour sur deux)
  • Désinfecter à l’aide d’une compresse imbibée d’alcool (ou autre produit, selon protocole)
  • Piquer franchement et avec souplesse, verticalement et en faisant pénétrer toute l’aiguille.
  • Injecter lentement le produit
  • Ôter l’aiguille, éventuellement essuyer le site d’injection avec une compresse sèche
  • Eliminer l’aiguille dans un container DASRI et repecter l’ensemble des règles liées à l’élimination des déchets, la traçabilité des soins…

Rencardez-vos aussi sur les notions d’hygiène à appliquer, et sur les techniques à appliquer pour les autres injections.

 

Laisser un commentaire