Grille AGGIR : évaluation de l’autonomie des personnes âgées.

Définitions, concepts et utilisation de la grille AGGIR pour les soignants, ou futurs. On cherche ici à évaluer l’autonomie de la personne âgée afin d’envisager ou non une aide financière pour être soigné correctement.

Définition et concept de la grille AGGIR

Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources  : voilà ce que signifie cet acronyme. On analyse l’état de dépendance d’une personne de plus de 60 ans dans les actes de la vie quotidienne : manger, dormir, s’habiller, communiquer… Si on met en lien la grille AGGIR avec les besoins de Virginia Henderson, on doit pouvoir relier beaucoup de choses qui résument à quoi tient une vie humaine. C’est cela qu’on met en évidence en établissant la grille AGGIR d’une personne, soit pour mettre en place des soins à domicile pris en charge par la sécurité sociale, soit pour déterminer le montant de prise en charge des frais liés à l’institutionnalisation (entrée en maison de retraite).

Fonctionnement

L’équipe de soins ou les responsables santé remplissent la grille Aggir. Il s’agit de répondre à des questions sur la capacité de la personne âgée à réaliser les actes du quotidien, à veiller à sa propre sécurité et donc, à subvenir à ses besoins. Tous les paramètres de la vie humaine sont évalués : soins d »hygiène corporelle, communication, utilisation des objets du quotidien comme la vaisselle, les boutons d’alarme, le téléphone, les escaliers…

Une fois la grille Aggir remplie, le calcul permet d’estimer le degré d’autonomie ou de dépendance de la personne. Elle est alors assimilé à un palier correspondant à sa situation :

  • GIR 1 (Groupe Iso Ressource 1) étant le palier représentant les personnes les plus dépendantes, nécessitant un accompagnement constant
  • GIR 2 à 5 : étant les paliers représentant les personnes en perte d’autonomie plus ou moins importante
  • GIR 6 étant le palier représentant les personnes autonomes dans tous les actes du quotidien. Ils sont plutôt rare en maison de retraite car c’est souvent la perte d’autonomie qui entraîne leur entrée en structure.

Une évaluation qui a toute son importance

Si le but concrètement est de débloquer des aides sociales adaptées au cas par cas, pour mettre en place un matériel médical, un fauteuil roulant, un lit médicalisé etc, le but pour le soignant est de mettre en place toutes les actions paramédicales que la personne âgée ne peut faire seule : autrement dit, palier ses autosoins. Lorsqu’un homme ne parvient plus à faire sa toilette parce qu’il risque de chuter dans la salle de bain, il aura une aide à domicile par exemple. Plus la dépendance est forte, moins le chiffre qui ressort est élevé : ainsi, quelqu’un qui a besoin d’accompagnements dans quasiment tous les actes de la vie courante sera en GIR 1.

Voici la grille AGGIR en question :

08

Laisser un commentaire