pince agrafe

Ablation d’agrafes

Les patients appréhendent souvent ce moment : peut-être inconsciemment pensent-ils à toutes les feuilles qu’ils ont arraché en voulant enlever une agrafe, et craignent pour leur peau… 😀 L’ablation d’agrafe n’est pourtant pas douloureuse, ou à peine, grâce à la délicatesse des gestes de l’infirmière.

Quelques rappels

Si vous avez lu d’autres pages du site vous avez compris que nous ne souhaitons pas ici vous apporter une connaissance technique que vos trouverez déjà sur d’autres sites. Nous apportons des conseils ciblés, et vous laissons les utiliser dans le respect des règles d’hygiène. L’ablation de l’agrafe fait suite à un protocole Bétadine : c’est un soin stérile. Vous connaissez déjà ces grands principes, sinon ils sont ici à votre disposition. Nous allons donc plutôt parler du geste, après tout, c’est cela la véritable technique de l’ablation d’agrafes.

Quand retirer les agrafes ?

Chaque service de chirurgie possède un protocole. Chaque IDE libéral a en sa possession une prescription qui indique : ablation de sutures à J10 par exemple.

Matériel

  • Sac poubelle
  • Conteneur déchets coupants
  • Haricot
  • Pince à agrafes (pince de Michel. C’est le nom de la pince, pas besoin de chercher Michel !))
  • 1 paire de gants à usage unique non stériles
  • Protection à usage unique pour protéger le lit et le patient
  • Set à pansement
  • Sérum physiologique
  • Antiseptique
  • Pansement stérile

Avant l’ablation des agrafes

A savoir : la plupart du temps, on enlève les sutures progressivement pour éviter la désunion (cicatrice qui s’ouvre). La « tradition » veut que l’infirmier retire d’abord 1 agrafe sur 2, puis le reste des agrafes. Sauf, s’il y a un début de désunion.

Astuce : si des croûtes gênent l’insertion de la pince sous l’agrafe, vous pouvez poser de la vaseline stérile sur ces croûtes, pour les décoller. Patienter au moins 15 minutes pour revenir nettoyer la plaie et enlever l’agrafe.

  • Installez bien le patient, et réglez le lit à la bonne hauteur. Chacun doit être à l’aise.
  • Posez la protection sous le membre où se situe la suture
  • Déballez vos ustensiles
  • Enfilez une paire de gants à usage unique
  • Retirez le pansement qui couvre la suture. Jetez le à la poubelle, ainsi que vos gants puis lavez-vous les mains
  • Nettoyez et aseptisez la cicatrice à l’aide de votre set à pansement : une pince pour saisir une compresse ou un coton dans le set, l’autre qui saisit cette compresse à son tour, pour aller nettoyer la plaie : pour en savoir plus sur le nettoyage de plaies, consultez la fiche pansement stérile chirurgical.

L’ablation

Prenez en main la pince à agrafes, comme dans l’image : l’embout possède 3 pointes, une en haut et deux en bas, et pas l’inverse.  Ce sont les deux pointes du bas qui se glissent sous l’agrafe et permettent de la plier en son milieu, lorsque vous serrez la pince. (Bonjour 🙂 )

Ainsi, les extrémités des agrafes qui sont logées sous la peau se relèvent et vous pouvez soulever l’agrafe sans arracher la peau du patient !

Pour ne pas faire mal, il faut veiller d’abord à ne pas pincer la peau lorsqu’on introduit la pince sous l’agrafe, puis à plier celle-ci d’un geste fluide : en un coup les parties métalliques placées sous la peau doivent être pliées, et quasiment ou totalement sorties (inutile d’être brutale, ou d’aller vite : ce qui compte est de ne faire qu’un geste pour moins de douleur). Un deuxième geste consiste simplement à soulever la pince pour extraire l’agrafe. Il faut donc diviser le soin en deux instants : plier (sans bouger l’agrafe), tirer vers le haut pour l’enlever.

Retirez les agrafes et posez-les une à une sur une compresse, elle-même posée sur la protection à usage unique.

Fin du soin

Risques liés à l’ablation d’agrafes

  • Désunion : c’est le fait que la cicatrice s’ouvre après que vous ayez enlevé une agrafe. Généralement, cela ne saigne pas. Posez un stéristrip et assurez-vous de pouvoir continuer à enlever la suture sans risquer d’abîmer la cicatrice. Sinon, reportez le soin.
  • Saignement : cela arrive rarement. Si tel est le cas, compressez et envisagez de reporter le soin.