Gazs du sang : intérêt, technique, risques...


La hantise de tous les étudiants... les gaz du sang... Allez on se lance!

A quoi sert le gaz du sang?

En réalisant une ponction artérielle, on recherche certains chiffres relatives à l'hématose du patient, permettant d'évaluer la capacité à fournir des échanges gazeux nécessaires à la santé. Le gaz du sang permet de connaître le taux de différents éléments :
  • PaO2 (pression artérielle partielle d'oxygène) qui évalue la capacité de l'oxygène à faire le trajet poumon-sang.
  • SaO2 (saturation de l'hémoglobine en oxygène)
  • PaCO2 (pression artérielle partielle de dioxyde de carbone) qui évalue la quantité de dioxyde qui reste dans le sang alors que les poumons ont éliminé l'excès de dioxyde, permet de déceler une éventuelle hypercapnie.
  • HCO3- (bicarbonate) responsable de l'équilibre acido-basique
  • pH : mesure l’acidité du sang.
Les gazs du sang consistent donc à prélever du sang dans une artère, plus précisément dans l'artère radiale située sur la face interne du poignet afin de déceler une hypercapnie. Ce n'est donc pas une prise de sang habituelle qui elle, consiste en un prélèvement dans une veine périphérique.

Normes du gaz du sang

  • PaO2: > 80 mmHg (10,7 kPa)
  • SaO2 : 92 à 98%
  • PaCO2: 35 à 45 mmHg (4,7 – 6 kPa)
  • HCO3- : 22 à 26 mmol/L
  • pH: 7,35-7,45 ;

La technique du gaz du sang

Vérifiez que le patient peut supporter le soin

Douleur : Vous pouvez réaliser une légère anesthésie locale grâce à un patch ou une crème type Emla. Manoeuvre d'Allen : en cas de lésion de l'artère radiale au cours du prélèvement, vous devez vous assurer qu'il y aura une bonne suppléance vasculaire :
  • Le patient serre le poing
  • Vous comprimez l'artère radiale et cubitale en même temps
  • Relâchez l'artère cubitale : l'intérieur de la main est plus blanc. Si cette blancheur persiste plus de 10 secondes, le gaz du sang ne doit pas être réalisé. Cela signifie que l'artère cubitale n'est pas apte à prendre le relais si jamais pendant le prélèvement, l'artère radiale devenait infonctionnelle.

Déroulement de la ponction artérielle

1- Préparez le matériel (gants stériles ou non stériles, betadine, compresses stériles, seringue à gazométrie ou héparinée généralement fournie avec sa propre aiguille capuchonée et son bouchon, sinon prévoyez vos propres aiguille et bouchon, bon du laboratoire, étiquettes du patient, container, sac poubelle...)

2- Lavez-vous les mains

3- Mettez les gants stériles ou à usage unique (les avis divergent, référez-vous au protocole de service)

4- Repérez l'artère radiale en prenant le pouls : une fois ressenti, vous savez où se trouve l'artère. Gardez deux doigts sur cette artère, légèrement écartés de manière à pouvoir piquer entre les deux doigts : autrement dit, chacun de ces deux doigts sent les pulsations et indiquent la localisation de l'artère.

5- Nettoyer le site de ponction avec un antiseptique

6- Piquez : l'aiguille est introduite dans un angle entre 45 et 90° : lorsque le sang remonte, constatez qu'il est fort brun, est qu'il "pulse" (le sang bouge en même temps que les battements du coeur) pour vous assurer qu'il s'agit de sang artériel et non veineux.

7- Prélevez entre 1 et 3ml de sang.

8- Ôtez l'aiguille de l'artère et comprimez-la fortement avec une compresse + antiseptique, pendant 5 minutes. Oui, c'est long mais nécessaire, étant donné la pression artérielle bien plus forte que lors d'une prise de sang, ce qui pourrait provoquer une hémorragie, surtout chez un patient inconscient ou perturbé.

9- Eliminez l'aiguille que vous avez recapuchonnée, en l'insérant dans l'embout du container et placez le bouchon sur la seringue. Basculez la seringue de gauche à droite au moins 10 fois.

10- Terminez le soin par les données administratives : étiquette sur la seringue, jointe à son bon de laboratoire.

11- Evacuez vos déchets et faites vos transmissions.

A noter que l'acheminement au laboratoire doit se faire rapidement. La technique du gaz du sang est donc assez spécifique. Elle est d'ailleurs souvent appréhendée par les infirmiers-ères car ils ont peur de faire mal au patient. La meilleure attitude, pour rassurer le patient, est de lui montrer que vous êtes sûr de vous

Pour tout soin infirmier, appliquez les règles essentielles à savoir :

  • Vérifier la prescription médicale, l'identité du patient, les contre-indications éventuelles
  • L'intégrité du matériel, sa date de péremption
  • Les règles d'hygiène élémentaires (lavage des mains, ports des gants, asepsie...)
  • Lisez les transmissions avant le soin et faites vos transmissions après.

  • Partage, sois pas radin !